Avocat fiscaliste : quel est son rôle ?

La relation entre un contribuable et l’administration peut s’avérer déséquilibrée par rapport aux connaissances et la maîtrise du domaine fiscal des deux côtés. L’administration prend un pas d’avance énorme étant un organisme qui contient des professionnels des domaines juridique, fiscal et financier tandis que le contribuable peut être ignorant de plusieurs procédures juridiques. Mon avocatUn contribuable peut s’égarer face à l’administration sans le savoir. De là, le rôle de l’avocat fiscaliste doit intervenir impérativement entre un contribuable et l’administration pour reprendre l’équilibre.

Qu’est ce qu’un avocat fiscaliste ?

Un avocat fiscaliste est un conseiller qui permet de gérer les affaires fiscales d’une société ou d’un individu lors de la réalisation d’un projet. Il choisit une politique de gestion financière qui permet à la société, ou un individu, de payer le moins d’impôts possible et de faire le point sur toutes les conséquences fiscales du projet. Il défend la société dans son choix fiscal dans le cadre de la loi. Le métier de fiscaliste est de plus en plus demandé avec l’augmentation des entreprises et des projets. C’est donc un métier qui peut s’avérer très intéressant et peut assurer plusieurs avantages, comme :

  • Une bonne rémunération qui atteint les 70000€ par an.
  • Permet la possibilité de voyager.
  • Permet d’être à jour sur les nouvelles législations fiscales.
  • La possibilité de travailler indépendamment en privé.

Mais il peut aussi connaitre des inconvénients, comme :

  • De longues années d’études et des formations complexes sont requises pour l’obtention d’une bonne compétence.
  • Il faut savoir être efficace pour garder la clientèle.
  • Les horaires de travail dépendent des projets des clients, ce qui peut dépasser les horaires et les journées de travail ordinaires.

Comment devenir avocat fiscaliste ?

Avocat fiscalisteLa principale qualité d’un avocat fiscaliste est d’avoir une double compétence : juridique et financière, ainsi que la maîtrise des langues étrangères notamment l’anglais en oral et écrit. Devenir fiscaliste exige une formation de bac+5, c’est à dire un master en droit fiscal. Certains préfèrent se perfectionner en rajoutant des formations complexes, ce qui solidifie vos compétences et vous aide à gagner la clientèle. L’idéal reste d’avoir deux formations : en finance et droit. En plus de cela, le sens d’organisation, la capacité d’adaptation, le bon sens de communication sont des atouts que doit avoir tout fiscaliste.

Après cela, un fiscaliste débutant peut viser le monde professionnel en essayant d’intégrer les grandes entreprises ou les cabinets spécialisés. Une fois expérimenté, avec minimum 5 ans de travail, le fiscaliste peut devenir associé, il peut voir ses responsabilités s’élargir et son salaire augmenter pour enfin avoir la possibilité d’ouvrir son propre cabinet avec plusieurs années d’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *